AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

« stuck with you above the clouds » PETE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Le froid est pour moi...

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Pseudo sur le net : floradaigh


MessageSujet: « stuck with you above the clouds » PETE Mer 30 Nov - 17:19


stuck with you above the clouds
« James Hawkins ? Je suis mademoiselle Moore du Legend's Hospital. Votre mère a eu un léger accident, sa jambe est fracturée au niveau du fémur et elle se trouve dans l'incapacité de se mouvoir correctement. Vous étiez dans ses numéros à appeler en cas d'urgence. Il faudrait pouvoir vous rendre en ville dans les plus brefs délais, afin de convenir de certains points concernant l'auberge et ce qui s'en suit. En espérant que vous ayez ce message au plus vite. »

Incapable de prendre soin d'elle : tel était l'irrémédiable destin de Sarah Hawkins. Il avait arrêté de compter toutes les brûlures, entorses, foulures, coupures et autres petits incidents qui venaient entacher la chair délicate et blanche de la matriarche. Vivre et travailler dans une auberge, comptant cuisine et service, n'étaient de tout repos et elle avait toujours été sujette à l'anxiété. Mais imaginer sa mère sous un drap d'hôpital, sous ces lumières blafardes et froides, dans cette atmosphère stérile. Il avait sauté dans le premier engin volant disponible, délaissant la moiteur des Philippines pour revenir à la maison. Cette maison qu'il n'avait eu le loisir d'arpenter depuis une bonne année. Une pensée émue pour sa compagne vrombissante et chromée, qui voyageait également, dans la partie inférieure et glaciale de l'appareil. L'avion. Malgré ses incessants voyages, il n'avait jamais eu aucune affinité avec cet appareil clos et avec cette optique d'impossible fuite. À moins de vouloir s'envoler bien plus loin qu'espéré. « Est-ce que vous désirez quelque chose ? » Moulée dans un uniforme bleu et blanc, prunelles en amande, petites lèvres fines et rosées. L'Asie dépeinte sur un seul corps, le métier sur le tissu. « Hn. Non. » Il n'allait pas s'encombrer d'arguments. Son système interne appelait déjà au secours depuis de longues minutes : à force de s'hydrater avec trop de force, il fallait se lever, déranger toute la rangée de siège, se mouvoir jusqu'aux cabinets. Il aurait évité si possible, mais la perspective de s'uriner dessus était vraiment très peu attrayante. Bougeant de mauvaise grâce, il essuie les remarques désobligeantes des endormis, ronchonne, peste avec force, le décalage horaire n'aidant en rien. Passant une main lasse dans la masse d'épis noirs et entremêlés, il se traîne jusqu'à l'endroit désiré. Problème ? Une légère claustrophobie qui le laisse finir sa mission avec la porte à peine entrouverte. Et tandis que l'avion vrombit sous l'assaut de l'air, il se retourne, plus léger, pour se prendre quelque inconnu entre les bras. Déséquilibré, s'affaissant sur la lunette baissée, le nez plein de cheveux roux, une odeur sucrée s'échappant de ceux-ci. Pas qu'il soit démuni mais la charge désormais masculine, à n'en pas douter, empêche tout mouvement. « Ehm. Les turbulences sont terminées. » Il voudrait bien rejoindre son siège et tenter de dormir jusqu'à l'arrivée. Mais peut-être est-ce trop en demander ?
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Le froid est pour moi...

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Pseudo sur le net : Mao


MessageSujet: Re: « stuck with you above the clouds » PETE Jeu 1 Déc - 0:30

Stuck with you above the clouds
Pete & James
« Mesdames et Messieurs, bienvenus sur notre vol à destination de Legend. Vous voyagez avec la compagnie Air Legend. Nos hôtesses vont dès à présent vous indiquer les consignes de sécurité. Pour le décollage, merci de rabattre vos tablettes et de redresser vos sièges... Sauf si vous voulez mourir... HAHA ! Non, je plaisante. Mais quand même. Rabattez-les. Vous monsieur là bas, je vous vois. Voooilà. Bon vol avec Air Legend ! »

Plutôt fier de lui, et récompensé par l'hilarité des quelques voyageurs à l'humour aussi douteux que le sien, Pete raccrocha le téléphone interne permettant de communiquer avec l'ensemble de l'avion. Patricia le dévisageait d'un air réprobateur. Très attachée aux valeurs vieille école du métier, elle détestait être de vol avec ce jeune effronté. Le sourire aux lèvres, Pete rajusta le col de son uniforme une énième fois avant de passer dans les allers afin de vérifier les ceintures de sécurité. Pourquoi, mais pourquoi diable faire des tenues aussi étriquées. Cette sensation de ne pas être libre de ses mouvements, il détestait ça. Son regard s'attarda un instant sur la mer de nuage se dessinant derrière un instant.  Son sourire s'étira un peu plus. Heureusement, ce job ne se limitait pas uniquement aux uniformes près du corps. Entre le vol aller et le vol retour, Pete avait eu deux jours pour profiter un maximum des Philippines. Certains auraient trouvé ça trop court, mais il était du genre à préférer voir le verre à moitié plein. Il retint tant bien que mal un bâillement. Certes, profiter du pays de destination était souvent au dépit de son cycle de sommeil. Il lui tardait d'arriver à Legend afin de roupiller dans son hamac. Mieux : dans le canapé de Poncie. Mieux : d'aller piquer un somme juste quelques minutes dans les toilettes de l'avion.
Slalomant entre les passagers, parfaitement à l'aise avec les mouvements de l'appareil et l'étroitesse des allées, il arrivait enfin à son but. Enfin, quelques minutes de répit. La porte entrouverte, il tira celle-ci vers lui pour... Tomber sur un voyageur en train d'uriner ? Non mais c'est quoi ce délire de laisser la porte ouverte ? Un tordu d'exhibitionniste ?

« Non mais Mons.. ! »

Turbulence ! Celle-là, il ne l'avait pas senti venir. Il plongea la tête la première vers l'inconnu qui se retournait justement à ce moment précis. La porte se claqua violemment derrière lui dans un bruit inquiétant. Le manque de sommeil et le choc de la chute l'immobilisa quelques secondes. C'est fou comme ce sol était plus confortable qu'il n'en avait l'air ! Ce.. sol ? Il redressa la tête et écarta les quelques mèches rousses qui lui bloquaient la vue. Pour se retrouver à quelques centimètres du visage du pervers exhibitionniste. Il se redressa légèrement sans pour autant se relever, ignorant littéralement la remarque qui lui était adressée.

« Ah ! Je me disais bien que vous étiez bien trop mou et confortable pour être un sol crasseux de toilettes ! Considérez ça comme un compliment !»

Sourire aux lèvres, il le dévisagea un moment. Il lui semblait l'avoir déjà vu quelque part. Ah ! Un habitué. C'était ce brun ténébreux-mystérieux que Pete avait déjà remarqué sur plusieurs vols. Les deux yeux clairs semblaient le fusiller du regard. En effet, le jeune stewart était toujours complètement affalé sur lui.

« Ah oui, pardon ! » dit-il tout en secouant sa tête d'un air nonchalant.

Il tenta alors de se relever, appuyant d'une main sur l'épaule du passager, et de l'autre sur la cuvette du toilette. Le lieu étant étroit, la manœuvre était délicate, et surtout, chaque mouvement était quelque peu... Embarrassant. Se dandinant tant bien que mal, il avait presque réussi à se relever lorsqu'il chuta à nouveau, le nez sur le torse du jeune baroudeur. La tête rousse fut alors secouée d'un rire incontrôlé. Franchement, si Patricia le voyait, elle serait sûrement en train de faire un ulcère.

©junne.

_________________
you can fly
so come with me where dreams are born and time is never planned. Just think of happy things and your heart will fly on wings, forever in Never Never Land! •• ALASKA

Revenir en haut Aller en bas
Le froid est pour moi...

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Pseudo sur le net : floradaigh


MessageSujet: Re: « stuck with you above the clouds » PETE Ven 2 Déc - 21:08


stuck with you above the clouds
L'humide atmosphère, les étendues verdoyantes et sylvestres. Le vrombissement des pétrolettes asiatiques, crachant quelques fumées noires, le lointain tempo d'une musique aux accents d'Asie. Des visages souriants, la simplicité inscrite sur les habits. Quelques maisonnettes parsemées de fleurs, ombrés par les larges feuilles de bananiers. L'endroit lui manquait déjà. Les longs chemins sinueux à travers les forêts, la chaleur étouffante qui le faisait suer à grosses gouttes. Les vestiges de certaines civilisations anciennes, retrouvés au fond de rivières qu'on aurait même pas imaginées. Coincé entre deux énergumènes qui ne semblaient pas connaître le principe de l'espace vital, quelques coups donnés dans son dossier par des marmots qu'il évitait soigneusement d'étrangler depuis quatre heures déjà. Le bonheur des voyages en avion, le laissant à jamais insatisfait du confort. S'il avait pu, il se serait jeté de l'appareil, quitte à finir en pleine mer que de rester sans bouger à sa place.

Il n'avait à peine fini de se délester de la tension de son corps, due à un trop plein d'eau pendant le vol, que les turbulences lui envoyaient un sacré cadeau entre les bras. Surtout le claquement étrange que la porte des toilettes fit sur le coup, le laissant avec un doute assez perturbant. Il espérait sincèrement qu'elle ne se soit pas bloquée dans le mouvement, par pitié. Le simple fait de se retrouver dans une pièce close, avec peu de fenêtres venait enrayer quelque chose chez lui, le laissant avec un sentiment d'étouffer. Il fallait se rappeler que les cabinets d'un avion étaient plutôt...exigus. Quelques secondes à se retrouver bloqué par le poids du jeune lui étant tombé dessus avant que celui ne relève la tête. Un visage pâle, aux traits presque juvéniles. Piqueté de tâches de son, assorties à la flamboyante chevelure qui venait grignoter son visage. Deux grands yeux d'un vert étonnement clair, une tâche noisette s'invitant dans chaque iris. Des prunelles complètement tournées vers lui. Son visage entier si proche du sien. Il sentait son souffle s'échouer sur ses propres lèvres, diffusant une odeur mentholée. Le semi-compliment le fit à peine sourire, obnubilé qu'il était à tenter de respirer et de ne pas s'affoler de la porte close. Parce qu'il avait beau être traité d'homme méfiant, il était presque certain qu'elle s'était subitement fermée. « Ce n'est pas vous qui êtes presque étalé sur ce sol crasseux, cela dit. » Il vit pourtant le rouquin le dévisager, l'air de chercher quelque chose. Une lueur passa dans ses yeux, le laissant perplexe. Mais il finit par comprendre qu'il devait se relever, lui permettant enfin d'inspirer profondément. Prenant appui sur lui pour se mettre debout, glissant tout son corps contre le sien. Le peu d'espace disponible ne permettant pas de faire autrement. James sentait une certaine chaleur émaner de l'autre homme, comme s'accrochant à sa peau.

Et évidemment, il fallait que le roux soit d'une maladresse affligeante. Il s'était à peine relevé à son maximum qu'il se reprenait cette odeur sucré dans le nez, le visage du jeune homme contre son torse. Qui étonnement...vibrait d'un fou rire. Il ne put s'empêcher de sourire face à la situation qui semblait sortir tout droit d'une soap opera. Tellement ridicule. « On est mal partis... » d'un ton léger, soupirant presque. Dire qu'il regrettait presque son siège désormais vide pour un bon moment. « J'espère que vous avez les clés pour ouvrir. N'est-ce pas ? » Les yeux dardés sur le stewart, presque suppliant. Il commençait déjà à être inconfortable à force de se tenir au boitier qui contenait la chasse d'eau. Il fallait qu'il trouve une autre position en attendant. Il allait devoir se rapprocher du maladroit. « Désolé mais je commence à avoir mal aux bras. » Il s'avança le plus possible, passant ses bras autour de la taille du stewart pour leur faire faire une rotation d'un quart. Il pouvait enfin s'accoler du côté gauche contre la paroi, laissant échapper un soupir d'aise. Il retira ses mains des hanches minces du rouquin avant de les glisser dans les poches de son pantalon. « Alors...Pete ? » ajouta-t-il en lorgnant sur le badge. « Je crois que la porte est bloquée. Sans déconner. La cerise sur le gâteau. »
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Le froid est pour moi...

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Pseudo sur le net : Mao


MessageSujet: Re: « stuck with you above the clouds » PETE Sam 3 Déc - 0:20

Stuck with you above the clouds
Pete & James
« J'espère que vous avez les clés pour ouvrir. N'est-ce pas ? »

A cet instant précis, Pete put très clairement visualiser son trousseau de clés, posé sur une étagère de la partie réservée au personnel de l'avion. Mh. Mieux valait oublier cette éventualité et espérer que la porte ne soit pas bel et bien bloquée. Il secoua la tête et haussa les épaules pour dire non. Le voyageur semblait particulièrement mal à l'aise. Beaucoup de personnes supportaient mal les endroits clos. Pete était le premier à se sentir à l'étroit dans son studio. Mais étrangement, en altitude, il ne ressentait jamais cette gêne. Etrange comme réaction, pour un habitué des vols long courrier. Pete était à nouveau en train de le dévisager, il n'arrivait pas à décrocher son regard du visage anguleux qui lui faisait face. Deux mains s'enroulant autour de ses hanches le sortirent de ses pensées. Qu'est ce que ? Surpris par ce contact physique soudain, il sentit ses joues lui brûler. Il était tactile, oui. Avec Raiponce, par exemple, sans jamais ressentir la moindre gêne. Mais ce contact soudain semblait le troubler tout particulièrement. Les mains étaient fortes et douces, le t-shirt contre lequel il était pressé sentait la fougère et l'essence. Il se figea, comme tétanisé, se laissant tourner de côté, dans une position bien plus adaptée à l'espace exigu dans lequel ils se trouvaient. Sans vraiment s'en rendre compte, il réalisa qu'il retenait sa respiration, et reprit enfin une bouffée d'air.

« Alors...Pete ? Je crois que la porte est bloquée. Sans déconner. La cerise sur le gâteau. »

En entendant son nom, il ne put s'empêcher de sursauter de surprise. Il connaissait son nom ? Mais comment ? Est-ce qu'il aurait reconnu le jeune stewart sur de précédents vols lui aussi ? Il sentit à nouveau ses joues brûler. Tout ceci était parfaitement ridicule. Un coup d’œil par dessous ses mèches rousses vers le passager : celui-ci regardait son badge. Évidemment. Quel crétin. Mentalement, il ne put s'empêcher de s'insulter à plusieurs reprises de hareng frit et leva enfin les yeux vers le baroudeur à cheveux longs. Il lui adressa un sourire qu'il voulait rassurant, son sourire « stewart qui gère la situation ».

« Pas d'inquiétude, la porte s'est juste refermée derrière moi après ma chute. »

Il se retourna afin de faire face à la porte, et actionna la poignée. Un cliquetis étrange se fit entendre, mais la porte ne bougea pas d'un poil. Mh. Deux, trois, puis six essais plus tard, agrémentés de grognements divers et de tentatives étranges de crochetage de la porte à l'aide de sa boucle de ceinture, il fit volte face et leva les yeux au ciel.

« J'abandonne ! La bonne nouvelle c'est qu'il ne devrait rester que deux petites heures jusqu'à notre arrivée à Legend !»

Un sourire sincère aux lèvres, il croisa le regard du jeune homme, toujours à tout juste quelques centimètres du sien, et se refit la scène en tête. Comment en étaient-ils arrivés là, déjà ? Ah oui, l'envie de piquer un roupillon dans les toilettes, la porte ouverte, le passager en train d'uriner... Il se plaqua soudain contre la porte et lança un regard des plus suspicieux au pervers qui lui faisait face.

« Vous avez tout calculé en fait ! C'était quoi ce délire de laisser la porte ouverte pour pisser ?! Faut être tordu pour faire un truc pareil ! »

Quoique. Il pourrait crier à l'aide, tambouriner la porte. Ca semblait un peu bancal et pourri comme plan de pervers diabolique. Le sourcil toujours arqué, il le dévisagea de haut en bas avant de croiser les bras sur son torse.

« Mouais. Enfin, quel que soit les plans bizarres de votre esprit de pervers, c'est pas comme s'il pouvait m'arriver grand chose. »

Sur ce, il se laissa glisser le long de la porte afin de s'asseoir à même le sol. Les genoux légèrement repliés sur eux même, ses jambes croisaient celle de l'énergumène debout face à lui. Il poussa un soupire avant de bailler à gorge déployée et de fermer les yeux.
©junne.

_________________
you can fly
so come with me where dreams are born and time is never planned. Just think of happy things and your heart will fly on wings, forever in Never Never Land! •• ALASKA

Revenir en haut Aller en bas
Le froid est pour moi...

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Pseudo sur le net : floradaigh


MessageSujet: Re: « stuck with you above the clouds » PETE Sam 3 Déc - 18:37


stuck with you above the clouds
Il avait senti le léger sursaut du rouquin lorsqu'il avait placé ses mains sur ses hanches. Innocent mouvement pour déplacer l'étonnant duo qu'ils formaient présentement. Ses yeux céruléens dardés sur le visage moucheté de tâches de son, observant la peau pâle s'imprégner de rose sur les pommettes. Ce parfum sucré, doux, comme s'il sortait même d'une confiserie. Il transpirait l'innocence, le regard baissé sur les mains qui l'enserraient pour quelques secondes. James se trouvait perplexe devant cette timidité qui ne seyait absolument pas à un garçon aussi beau. Parce qu'il l'était. Avec son visage teinté d'androgynie, cette bouche charnue qui aurait été plus adéquate sur une femme mais qui ne faisait que rajouter un air boudeur au garçon à la chevelure flamboyante. Des pommettes ciselées sur un faciès mince, une silhouette qui l'était tout autant, cintrée dans cet uniforme si propre à ceux de sa profession. Naïf au point de ne pas remarquer l'image qu'il reflétait aux autres. Cela adoucit quelques peu les traits du brun, positivement étonné de ce trait de caractère chez son vis-à-vis. Mais la situation ne lui laissait que très peu de moments pour s'adonner à de l'observation assidue sur son compagnon d'infortune. La porte était certainement bloquée et il le lui fit remarquer. Après un sursaut, il eut droit au fameux sourire professionnel. Celui qui ferait croire à n'importe qui que la situation était sous contrôle. Mais cela faisait longtemps qu'il n'y croyait plus, qu'il avait appris à reconnaître ceux qui souriaient seulement avec les lèvres. Ceux qui respirent la franchise montent jusqu'aux yeux, ce sont ceux que l'on peut réellement accepter. Il avait fini par le comprendre après certaines mésaventures concernant une andouille à engrenages possédant un œil laser, il y a longtemps de cela.

C'est donc avec un sourire narquois sur les lèvres qu'il laissa la place au steward, le regardant donc essayer d'ouvrir la porte, amusé. Il ressemblait à un enfant qui ne savait assembler des pièces correctement et qui grondait, espérant qu'elles s’emboîteraient seules. Même la boucle de sa ceinture, lui faisant hausser un sourcil, avait été mise à contribution. Puis il se retourna vivement vers lui, levant les yeux vers le plafond, quelques centimètres au-dessus de leurs têtes. Puis James écarquilla les yeux devant la réplique déterminée du jeune homme, essayant de contenir sa frustration. Deux heures ? Bordel, il ne tiendrait jamais jusque là. Encore, le roux finit par sursauter, comme électrisé, se reculant au maximum contre la porte, à son opposé, le regard calculateur. Puis débiter des théories aussi ridicules. Soit, il avait effectivement des habitudes étranges, mais ce n'étaient que des solutions pour s'éviter une crise de panique. Pas de quoi fouetter un chat. « Claustrophobie, ça vous dit quelque chose ? Mais j'imagine autrement qu'un passager évanoui dans les toilettes ferait plutôt tâche dans les rapports de vol, n'est-ce pas ? » rétorqua-t-il en sifflotant légèrement, l'air de regarder ailleurs.

Le steward croisa les mains sur son torse, ses yeux verts le passant au rayon X avant qu'il ne réponde. Et celle-ci le fit sourire. S'il savait. Il aurait presque envie de le faire flipper, juste histoire de se marrer un peu. Et ça lui changerait les idées. Mais le jeune homme se laissa glisser sur le sol, l'air de vouloir piquer un somme. Et ça, il n'était absolument pas d'accord. Il fit de même, essayant de caler son dos contre l'autre paroi, face à lui. Leurs longues jambes respectives finirent entremêlées, grandes tailles obligent. Il tendit son bras pour aller tapoter doucement la joue piquetée. « Eh là, on ne s'endort pas. De un, ce n'est pas professionnel. Pas du tout. De deux, qui vous dit qu'il ne vous arrivera rien ? » répondit-il avec un sourire presque malsain déformant sa bouche. Il le regardait droit dans les yeux, fixement, presque brûlant d'excitation. Il vivait dans un pays rose et pailleté, ou presque. « De trois, il me faut de la compagnie pour éviter de suffoquer, à part si c'est trop demander. Trouvez quelque chose, n'importe quoi, mais occupez-moi. »
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Le froid est pour moi...

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Pseudo sur le net : Mao


MessageSujet: Re: « stuck with you above the clouds » PETE Sam 3 Déc - 22:07

Stuck with you above the clouds
Pete & James
Claustrotartaquoi ? Jamais entendu parlé. Rapport de vol, ça par contre, il connaissait. Il ne put s'empêcher d'afficher une grimace à la mention de ce mot. Grimace qui semblait mimer à la perfection le dégoût, et le fait de vomir son repas. S'il pensait la jouer finement en éveillant un soupçon de crainte de représailles professionnelles, avec Pete et son sens des responsabilités proche du néant, c'était râpé.
Les yeux fermés, il était tellement épuisé qu'il ne mettrait que très peu de temps à s'endormir. Il avait cette faculté assez inouïe de réussir à dormir en toute circonstance. Et le sol des toilettes était loin d'être le lit le plus improbable qu'il ait eu. Il entendit vaguement un froissement de vêtements et sentit des jambes glisser contre les siennes. Le pervers décidait de dormir un peu aussi ? Bonne idée pour lui, ça passerait plus vite en piquant un petit somme. Ou pas. Un légère pichenette sur la joue le fit grogner de mécontentement. Bon sang, une toute petite sieste, c'était vraiment trop demander ? Il l'écouta parler sans ouvrir les yeux, mais fronça les sourcils et gonfla ses joues, comme un enfant boudeur le ferait.

« De deux, qui vous dit qu'il ne vous arrivera rien ? »

Cependant, à ces mots là, il daigna ouvrir les yeux et planter son regard dans le sien. Un sourcil arqué, il essayait de le sonder comme pour essayer de savoir s'il était sérieux ou non. Le clair bleu-gris de ses prunelles contrastait avec le brun de ses cheveux et son teint halé. Ils avaient un côté hypnotique qui, associé à ce sourire mesquin, le fit frissonner. Loin d'être impressionné pour autant, il arqua un peu plus son sourcil et croisa à nouveau ses bras, essayant de se grandir pour pouvoir le toiser. Il avait combattu des pirates nom d'un perroquet à poils ! Il n'allait pas se laisser impressionner par un voyageur ténébreux. En le dévisageant il ne pouvait cependant pas s'empêcher de s'attarder sur la courbe anguleuse de sa mâchoire et ses bras mince, mais aux muscles dessinés. S'il l'avait déjà remarqué sur d'autres vols, ça n'était pas pour rien. Il préférerait mourir que de l'admettre mais il était exactement son genre d'homme. Non pas qu'il ait déjà entrepris quoi que ce soit avec l'un d'eux. Mais chaque fois qu'il se retournait sur quelqu'un dans la rue ou qu'un regard lui faisait monter le feu aux joues, il s'agissait du même profil type. Il se racla la gorge. Ce n'était certainement pas le moment de penser à ça. Il passa un doigt le long du col de sa chemise d'uniforme, avant d'en défaire les 3 premiers boutons et de lâcher un soupire de soulagement. Il porta à nouveau son regard vers son compagnon de mésaventure et prit un ton désintéressé.

« De un, je ne suis PAS professionnel. De deux, tu ne me fais pas peur, il faut pire qu'un pervers claustramphibien inconnu pour m'impressionner. » Oui, il avait spontanément décider de le tutoyer. Il détestait vouvoyer les gens,pour le travail c'était nécessaire, mais bon. Ils étaient partis pour passer 2h ensemble dans un espace exigu, se vouvoyer n'avait aucun sens à ses yeux. « Et de trois.... J'en sais rien moi ! Faire une sieste c'était une plutôt bonne idée pour passer le temps, mais bon... Môsieur le pervers n'a pas sommeil. »

Il prononça la dernière phrase à voix basse, en marmonnant tout en regardant ailleurs. Sa tête vint se caler en arrière, posée contre le mur sur lequel il était appuyé. Il réfléchissait, ses doigts pianotant sur ses genoux. Un soupire las. Puis soudain, une idée ! Il remit subitement sa tête droite, son visage illuminé d'un sourire rayonnant. Il avait une idée, et il en était plutôt content, car de son point de vue c'était une fichtre bonne idée. Il se contorsionna tant bien que mal afin d'accéder à sa poche, en sortit une boîte de bonbons qu'il posa entre eux. Le même sourire toujours aux lèvres, il leva les yeux vers le passager et lança d'un ton enjoué :

« On va faire un jeu ! Ca s'appelle « Je n'ai jamais ! » ! Tu connais ?
©junne.

_________________
you can fly
so come with me where dreams are born and time is never planned. Just think of happy things and your heart will fly on wings, forever in Never Never Land! •• ALASKA

Revenir en haut Aller en bas
Le froid est pour moi...

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Pseudo sur le net : floradaigh


MessageSujet: Re: « stuck with you above the clouds » PETE Sam 3 Déc - 23:03


stuck with you above the clouds
Il ne pourrait JAMAIS s'endormir. Assis sur le sol crasseux des toilettes d'un avion, prostré dans une pièce qui devait à peine faire un mètre carré, sans aucune issue possible ? Merci mais non merci, jamais. Never, ever. Pas qu'il ai un problème avec la saleté en elle-même, quoi qu'il aurait préféré être coincé dans un placard à balai. Il avait l'habitude de la boue, de la pluie, de la poussière, de la pellicule de sueur humide qui colle à sa peau en territoire exotique. Il n'était pas gêné plus que ça, ayant vécu dans le cambouis pendant son apprentissage aux côté du mécanicien de la ville. Mais ce n'était pas la même chose que le lieu d'aisance où les gens venaient se libérer, oubliant parfois le respect et la propreté. Certes. Il devait bien faire avec et il n'allait certainement pas rester éveillé quand le jeune homme étant censé s'occuper de son "bien-être" allait piquer un somme à ses côtés. Il lui fallait de quoi s'occuper, n'importe quoi. Il leva les yeux sur le steward quand celui se racla la gorge avant d'ouvrir paresseusement trois boutons de sa chemise d'uniforme très...cintrée. James avala vivement sa salive, les yeux fixés sur l'espace nouvellement découvert. Bien qu'il joue sur les deux tableaux, il devait avouer qu'il préférait nettement les hommes. Et dire qu'il était absolument indifférent aurait été mentir. Ce...Pete était beau, bien qu'un peu naïf et il semblait ne pas se rendre compte de ses agissements. Heureusement qu'il possédait un self-contrôle hors du commun. Toussotant de son côté, le regard posé ailleurs que sur son vis-à-vis très proche, il attendait une réponse. Quelle qu'elle soit. Qui puisse lui faire penser à autre chose qu'à la présente situation.


« Claus-tro-phobe. » soupira-t-il, exaspéré. D'ailleurs, Messire Non-Professionnel était passé au tutoiement. Très bien. Il se sentait parfaitement en sécurité avec un inconnu : il aurait pu être un tueur en série passant incognito que le bonhomme ne bronchait absolument pas. Et puis, c'était quoi ce bordel ? Il n'allait pas l'appeler le pervers pendant tout le reste du voyage non ? James passa une main distraite dans ses cheveux sombres, levant les yeux au ciel. « Jim. Pas "Le Pervers". Jim. J-I-M. » rajouta-t-il, les dents serrées. Il semblait vouloir le faire tourner en bourrique. Inspirant calmement, se laissant expirer les yeux clos, il reprit un rythme plus détendu. « J'aurais bien voulu roupiller, vois-tu, mais je suis bloqué dans les toilettes. » Avec un regard presque assassin envers le rouquin. Mais d'un seul coup, celui-ci se redressa, lumineux comme jamais. On aurait dit qu'il venait d'être touché par la grâce divine. Il avait l'air tellement plus jeune que son âge, avec cette expression sur le visage. Jim le vit se tortiller sur lui-même pour atteindre quelque chose, ce quelque chose se trouvant être une boite de bonbons. Hn.

"Je n'ai jamais" ? Évidemment qu'il connaissait, mais ses règles n'étaient pas vraiment les mêmes, apparemment. « J'aurais préféré avec une bouteille de rhum, mais bon, on peut pas toujours avoir c'qu'on veut. » Qu'est-ce qu'il aurait pas donné pour obtenir rien qu'une flasque, histoire de remplir ses veines de canne à sucre distillée. Il réfléchit quelques secondes, passant une main sur sa joue râpeuse, avant de commencer. « Je ne suis jamais allé à l'école. » Bizarre, mais étrangement vrai, en tout cas pour sa vie à Legend. Dans l'espace, il avait abandonné, cas d'échec scolaire classique. Enfant intelligent et déterminé, mais absolument pas prompt à vouloir se plier au règlement. Préférant le surf solaire dans des lieux abandonnés. Il était arrivé à dix-huit ans, trop tard pour l'école. Alors il avait entreprit de commencer un apprentissage, dans le domaine qui lui plaisait le plus. La mécanique. Mais il n'était techniquement jamais allé étudier, ici bas.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Le froid est pour moi...

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Pseudo sur le net : Mao


MessageSujet: Re: « stuck with you above the clouds » PETE Dim 4 Déc - 2:15

Stuck with you above the clouds
Pete & James
Jim. Le rouquin se répéta ce nom plusieurs fois mentalement. Jim. Le pervers de l'avion avait donc un nom. Il le portait plutôt bien pour tout dire. Mais ça n'était pas le genre de prénom avec lequel on trouvait facilement un surnom. Ce qui contrariait beaucoup Pete. Il adorait donner des surnoms. C'était sa façon de s'approprier une personne, de l'apprivoiser.
Une bouteille de rhum ? Son visage se déforma à nouveau en une grimace de dégoût. Il avait déjà senti un verre d'alcool mais n'en avait jamais bu. L'odeur était tout sauf agréable, et il avait du mal à comprendre comment on pouvait s'infliger de boire un truc pareil. Ca n'avait même pas l'air sucré. Vraiment rien qui ne donne envie d'en boire une seule gorgée. Le seul avantage de cette boisson était le fait que les adultes redevenaient drôles après quelques verres. Mais malgré cela, il préférait largement jouer avec sa boîte à bonbon. Tout le monde aime les bonbons, non ? Il lorgna sur la boîte ouverte. Ses préférés étaient les verts, à la pomme. Il espérait secrètement que Jim ne choisissent pas ceux-là. Il avait presque hâte qu'on lui pose un « Je n'ai jamais » qu'il ait déjà fait pour pouvoir en manger. A cette pensée, il s'humecta la bouche, et son ventre émit un léger râle. Le jeune voyageur passa une main contre sa joue, et fit ce bruit de frottement caractéristique des barbes de trois jours. Ce bruit hérissait les poils du stewart. La barbe. Il détestait ça. C'était tellement... Adulte ! Il était bien content d'être (pour l'instant et pour longtemps il l'espérait), imberbe de ce côté là. Il passa vaguement une main sur sa propre joue comme pour s'en assurer.
Le jeu commençait enfin ! « Je ne suis jamais allé à l'école. » Son regard croisa à nouveau celui du brun claustramphibien. Ses grands yeux le scrutaient, comme si chacun d'entre eux s'attendait à ce que l'autre pioche un bonbon. Non, Pete n'avait jamais été à l'école. Encore heureux. De ce qu'il avait cru entendre, cet endroit semblait être l'enfer sur terre. Rester assis toute une journée. Plutôt mourir ! A l'orphelinat, il n'avait pas été scolarisé. Les nonnes qui géraient l'endroit lui apprenaient deux trois choses lorsqu'elles arrivaient à le tenir immobile assez longtemps. Il était cependant reconnaissant d'avoir appris à lire, précieux savoir permettant d'accéder à 1000 & 1 aventures. Visiblement, Jim n'était jamais allé à l'école non plus, il ne semblait pas décidé à piocher dans la boîte à bonbons. D'un certain sens, tant mieux (il y en aurait plus pour lui). Mais étrange. Dans le monde de Legend, l'école semblait être quelque chose de sacré auxquels les enfants étaient incapable d'échapper. N'empêche, c'était un peu nul comme question. Il n'était soit pas très fun ce Jim, soit pas très doué pour les jeux. M'enfin, il estima avoir attendu les secondes nécessaires et était à présent sur qu'il ne piocherait définitivement pas de bonbon pour ce tour-ci. Il ne put s'empêcher de faire une moue boudeuse et de hausser les épaules.

« Franchement, Jim – il insista sur son nom avant de laisser passer une courte pause - … Le pervers, C'était pas terrible comme question... »

Il avait bien remarqué que cette petite appellation l'irritait au plus haut point. Et taquiner les gens, c'était en quelque sorte sa spécialité. Il retint un sourire amusé et se mordit la lèvre distraitement tout en scrutant le sol pensivement, grattant ses cheveux roux d'une main. Que pourrait-il demander ? Depuis qu'il avait sorti la boîte de sa poche, il avait très envie d'en manger. Donc, il voulait poser quelque chose qu'il avait déjà fait lui. Son sourire de lutin farceur et des étoiles de mesquinerie dans les yeux, il leva un index comme pour signaler qu'il avait enfin une idée.

« Je n'ai jamais... Surpris quelqu'un en train de faire pipi ! »

Ravi de son idée qui de toute évidence était faite pour taquiner encore un peu plus Jim, il ne put s'empêcher de rire tout en scrutant sa réaction, le fixant de ses yeux emplis de malice. Il en profita au passage pour plonger sa main dans la boîte et s'emparer d'un précieux jelly bean vert.
©junne.

_________________
you can fly
so come with me where dreams are born and time is never planned. Just think of happy things and your heart will fly on wings, forever in Never Never Land! •• ALASKA

Revenir en haut Aller en bas
Le froid est pour moi...

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Pseudo sur le net : floradaigh


MessageSujet: Re: « stuck with you above the clouds » PETE Dim 4 Déc - 16:40


stuck with you above the clouds
Il ne comptait plus le nombre d'heures passées à jouer à ce jeu avec quelques étrangers, partout où il avait pu se rendre. Boire, en apprendre plus sur les autres, sur soi-même, débloquer quelques barrières, rire à s'en bloquer les poumons. Et surtout les litres d'alcool qu'il avait ingurgité lors de ces petits amusements. Le rhum déliait les langues, comme tous les liquides distillés. Mais il avait acquis une assez bonne résistance, au fil des années, le laissant bien plus amusé des visages rougis et des paroles décousues des autres. Jouer avec des bonbons était plus étrange, bien plus doux. Comme un retour en enfance. Ce jeune homme, Pete, semblait comme un adolescent enfermé dans un corps beaucoup plus adulte. James ne cessait de l'observer sous toutes les coutures, perplexe de ce comportement si jovial, si juvénile. Lui qui avait du grandir un peu trop vite, rattrapé par un passé familial douloureux le laissant prendre un rôle d'homme de famille qui n'aurait pas du exercer si jeune. Il capta la moue que fit le steward quand il frotta sa joue, le mouvement que celui-ci distraitement contre la sienne pour vérifier qu'il ne possédait pas la même pilosité. Le baroudeur sourit vaguement, constatant qu'ils étaient diamétralement opposés : aussi roux qu'il était brun, aussi innocent qu'il était au clair ce que qu'était vraiment le monde d'aujourd'hui. Aussi positif qu'il restait méfiant et fataliste envers son environnement. Jim avait depuis longtemps comprit que la réalité était bien loin des rêves que l'on se faisait étant enfants. Il avait cru, il avait fait confiance, il avait rapidement compris que la vie était une jungle et qu'il fallait s'y trouver une place, se battre pour obtenir ce que l'on voulait, pour obtenir un certain respect, pour ne pas se faire planter un couteau dans le dos par ceux que l'on croyait être nos amis. Son père. Silver, même s'il avait fini par lui sauver la vie et lui redonner de quoi faire sourire à nouveau sa mère. Il avait porté le rôle de fils, d'homme, de leader, de combattant. Il avait seulement profité de sa liberté quand il volait sans contraintes, cheveux au vent, hurlant à pleins poumons lorsqu'il se laissait tomber dans une crevasse pour mieux remonter. Dieu que cela lui manquait.

Chassant ces pensées inopportunes d'un clignement de cils, il revient au présent. Au jeu. Parce qu'ils jouaient. Pour passer le temps, cloîtrés dans des toilettes d'avion. Roulant des yeux au surnom que le rouquin semblait vouloir absolument lui donner. Eh bien, il en avait entendu d'autres, bien pires que cela. Soit. « Je veillerai à trouver quelque chose de plus...intéressant, à l'avenir. » souffla-t-il avec un regard pénétrant. Il voulait s'amuser, il allait en avoir pour son grade. Le brun observa son vis-à-vis chercher quelque chose d'intéressant à proposer, triturant sa lèvre inférieure. Grondant silencieusement, il se mit à fureter partout, n'importe quel endroit était bien plus intéressant que de s'intéresser de trop près au visage de son compagnon d'infortune. Môssieur semblait enfin avoir trouvé quelque chose et ce qui s'en suit le fit plisser les lèvres de mécontentement. Il n'allait jamais en finir avec cette histoire ? N'avait-il jamais vu quelqu'un uriner avant cet incident ? Bonté divine, ce garçon était vraiment bizarre.

Avec un léger sourire en coin, il se pencha en avant, se rapprochant du rouquin avant d'attraper également un bonbon et de l'enfourner dans sa bouche prestement. « Il se passe énormément de choses durant les festivités du week-end. » Il n'était pas rare de surprendre quelqu'un en train de se vider dans un coin, la vessie remplie de bière. Et puis les hommes étaient faits pareil, au final. Mêmes morceaux assemblés au même endroit. James en était presque au point de compter les tâches de rousseur présentes sur le visage si proche du sien, réfléchissant ardemment à la question qu'il pourrait poser. Il lui semblait que rien ne venait. Que n'avait-il pas fait que l'autre aurait bien pu expérimenter ? Telle était la question. Un sourire mauvais embrasa ses lèvres, tandis qu'il se redressait légèrement. « Je n'ai jamais embrassé un roux. » Hin hin. Qu'est-ce qu'il allait bien pouvoir rétorquer, maintenant ?
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Le froid est pour moi...

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Pseudo sur le net : Mao


MessageSujet: Re: « stuck with you above the clouds » PETE Dim 4 Déc - 20:10

Stuck with you above the clouds
Pete & James
Alors qu'il croquait son jelly bean vert, le sourire toujours aux lèvres amusé par ses propres plaisanteries, il vit le passager se baisser vers la fameuse boîte posée entre eux. Il avala son bonbon et le dévisagea. Ca alors. Donc en plus d'être pervers, il avait l'habitude de regarder les gens faire pipi ? Mais quel drôle de passe-temps... Peut-être venait-il d'un endroit où ce genre de chose se faisait en public ? Quelle drôle d'idée quand même. Perplexe, il l'observa gober le bonbon qu'il venait de prendre. Son explication ne le laissa que plus perplexe encore. Les... festivités du week end ? Ce Jim devait faire partie de ceux qui traînaient dans les bar et buvaient de grande quantités d'alcool (berk et encore berk). Il en avait déjà croisé en allant plus tard que d'habitude à l'épicerie pour répondre à une urgente envie de bâton de réglisse. Ces personnes parlaient fort, chantaient dans la rue, ce qui avait plutôt tendance à faire sourire Pete. Peut-être était-ce la seule façon pour certains adultes de retrouver leur esprit d'enfant ? Il pensa un instant aux adultes qu'il côtoyait au quotidien, à leur regard triste et éteint. Quelle tristesse de laisser son âme d'enfant au placard, de la laisser prendre la poussière dans un quoi de son être. Dans leur sourire ne subsistait plus aucune joie pure. La vraie, celle qui brûlait comme un soleil. Celle qui permettait aux enfants du Pays Imaginaire de voler. Ils souriaient, ils semblaient vivre des moments heureux.Mais cette joie là, ils ne la retrouveraient jamais. Cette pensée effrayait terriblement le jeune rouquin, et il préféra se reconcentrer sur son compagnon de toilettes. Un sourire amusé recourba ses lèvres, il se demandait à quoi ressemblait ce Jim lorsqu'il avait bu un peu trop de ces fameuses liqueurs. Laissait-il l'enfant qu'il avait été parler, rire, chanter ? En scrutant un peu plus profondément dans ses yeux, il distinguait presque parfaitement les traits ronds et tendres qu'il devait avoir étant plus jeune. La tête légèrement penchée sur le côté, il attendait patiemment la prochaine question espérant cette fois-ci quelque chose d'un peu plus palpitant. Pitié pas un « Je n'ai jamais ouvert de boîte de conserve. » Sinon, il ferait sa sieste que le baroudeur le veuille ou non.
Un sourcil s'arqua lorsqu'il vit l'expression du visage face au sien changer. Il reconnaissait ce genre de sourire, il l'avait déjà vu un millier de fois sur le visage de son ennemi juré : Crochet. Ca ne présageait rien de bon. Il redressa sa tête et fronça les sourcils légèrement, ne sachant pas à quoi s'attendre.

« Je n'ai jamais embrassé un roux. »

Ses yeux devinrent ronds comme des billes, et avant même que l'information n'atteigne son cerveau, ses joues devinrent si brûlantes qu'il sentait son cœur battre à tout va dans ses oreilles. Em... brasser. Sa bouche s'entrouvrit, et se referma aussitôt. Il n'avait jamais braiment « embrassé » qui que ce soit. Wendy lui avait donné un baiser, bien qu'il n'ait jamais vu quelqu'un dans le monde de Legend en faire de même. Ici, « embrasser » semblait être cette action que deux personnes faisaient lorsque leurs lèvres se touchaient. Il avait déjà surpris plusieurs couples le faire. Ca avait l'air doux, agréable. Inconsciemment il passa son pouce le long de sa lèvre inférieure. Il avait déjà eu envie d'essayer, dire le contraire serait mentir. Ses yeux étaient à présent fixés sur la bouche de Jim. Ses lèvres étaient pleines, lisses. L'embrasser devait être un contraste entre la douceur de celles-ci et le rêche de sa barbe naissante. Et quel goût cela aurait-il ? Un baiser, est-ce que ça avait un goût ? Il déglutit sa salive avec difficulté. Embrasser... Un.. Roux ? Le regard fuyant à présent celui du voyageur, ses doigts glissèrent dans ses cheveux, comme pour constater que oui, lui-même était bien « un roux ». Pete était dur à déstabiliser d'habitude, toujours prêt à sortir une réplique cinglante du tac au tac. Mais sur ce sujet, il se retrouvait toujours face à une vulnérabilité qu'il avait bien du mal à divulguer. Il en avait bien conscience. Ce n'était plus simplement ses joues mais son corps entier qui bouillonnait. Mal à l'aise, il tira un peu plus sur le nœud de sa cravate qu'il avait précédemment desserré. Ce qui le défit pour de bon, laissant la cravate doucement glisser le long de sa chemise jusqu'au sol, entre ses jambes. Il aurait préféré se mettre dans la cuvette et tirer la chasse d'eau pour disparaître plutôt que de paraître si vulnérable. Il fallait se ressaisir et réagir. Ses doigts jouaient nerveusement avec ses mèches cramoisies et son regard fixait toujours quelque chose sur le mur d'à côté. Il marmonna d'un ton qu'il voulait assuré mais qui resta étouffé par le nœud dans sa gorge.

« Pff... N'importe quoi ! »

Il détestait être pris de court par un truc pareil, il se sentait humilié et ridicule. Ses bras vinrent s'enrouler autour de ses genoux afin de les rapprocher un peu plus de lui et se recroqueviller un peu. Il posa sa joue contre l'une de ses jambes, fixant une tâche douteuse sur le mur et prit une moue boudeuse et agacée. Il n'avait plus envie de jouer.

©junne.

_________________
you can fly
so come with me where dreams are born and time is never planned. Just think of happy things and your heart will fly on wings, forever in Never Never Land! •• ALASKA

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: « stuck with you above the clouds » PETE

Revenir en haut Aller en bas
« stuck with you above the clouds » PETE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» High Definition Clouds by Pablo Diaz!
» F-GSPY leaving the clouds.
» GTA V : probleme installation
» Slot MV2F bloqué en Test Mode
» divers rp de partout, theme "gwen pete un plomb"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A wish your heart makes :: Legend :: Around Legend :: Aéroport de Legend-
Sauter vers: